Retrouvez sur Mini-Autos.fr des modèles réduits de marques disparues

  

De nombreux fabricants de voitures miniatures ont cessé leur activité ces dernières années, laissant un vide chez les collectionneurs qui n'ont pas eu le temps d'acquérir certaines de leurs références.

 

Après de nombreuses recherches et de rachats de fonds de stock de pièces détachées et de prototypes (pièce maîtresse servant à la réalisation d'une voiture miniature) "au 1/43 Mini-Autos" est aujourd'hui en mesure de pouvoir ressortir des références des marques suivantes:

RETRO-DELIR' - SVM (MINIROUTE) - HECO MODELES - BJM - KM57 - CONVOI - JB MODELS

          

 Pour exemple un aperçu de l'ancien catalogue des exclusivités

AU 1/43 MINI AUTOS de Patrick Rouget :





Un peu d'histoire...

A l'aube des années 70, la passion pour la miniature se démocratise et la demande est grandissante. Les enfants ne sont plus les seuls à s'intéresser aux petites voitures, et le "jouet" devient "objet de collection".

Un chiffre : MAJORETTE produit 220 000 voitures miniatures / jour en 1966

Les détaillants en miniatures poussent comme des champignons sur le territoire, ci-dessous l'exemple de TACOT qui ouvre ses portes à STRASBOURG (extrait du magazine MINIS-AUTOS n°70 de septembre 1981)

C'est aussi la période apogée de la passion pour l'automobile, les bombinettes griffées au mythique lettrage "GTi" naissent à tour de bras, et l'électronique s'installe peu à peu à bord de nos voitures.


Des grandes aux petites, l'écart se creuse et le faible choix chez les industriels français, MAJORETTE, NOREV & SOLIDO menant la danse sur le marché peinent à combler les passionnés toujours à l'affût de nouveautés.

Les collectionneurs sont de plus en plus exigents et n'hésitent pas à démonter les modèles industriels pour y apporter quelques touches de peinture pour améliorer le réalisme.

Conscients de la demande, des revendeurs spécialisés dans le domaine de la voiture miniature, s'y mettent pour proposer des "produits finis" sur base de productions industrielles.

On commence à mélanger les pièces de maquettes avec les voitures en métal pour améliorer le réalisme comme ci-dessous la TALBOT TAGORA base SOLIDO réalisée par Pierre-Philippe ERRARD pour le magazine MINIS-AUTOS en septembre 1981.

 

Puis la résine s'en mêle, on fait des empreintes de roues pour ne plus à avoir à acheter des boites de kits, puis ce sont les carrosseries transformées qui sont moulées avant d'arriver au kit complet!

Les détaillants jouent le jeu et commencent à faire sous-traiter ces productions pour un gain de qualité et de temps.
Surfant sur la vague et propulsé par la presse spécialisée, de grosses entreprises naissent, comme PROVENCE MOULAGE, STARTER, AUTOMANY, etc...
Les kits complètent l'offre des industriels et la demande clientèle est croissante.

 

Tout cette belle période prospère jusqu'à l'aube des années 2000, en août 1999 pour être précis, quand les éditeurs de collections de presse s'en mêlent... La première collection à voir le jour est "UN SIECLE D'AUTOMOBILE" de HACHETTE.

(La collection compte 210 numéros et s'achèvera en août 2007)

Au début il s'agit de proposer des modèles issus du catalogue du fabricant dans des coloris inédits. Puis arrive les premiers retirages de références épuisées qui intéressent davantage le collectionneur...


- Août 2002 apparait chez le même éditeur une nouvelle collection "LES VOITURES FRANCAISES" cette fois en partenariat avec NOREV.

Cette collection sera encore plus intéressante car il s'agit ni plus, ni moins, que des modèles de la gamme NOREV COLLECTION revendus au client presse à une dizaine d'euros contre plus de 30 en boutique. La finition est nettement moins poussée, mais qu'importe, le collectionneur en a pour son argent, et de quoi s'occuper le dimanche après-midi!

La mise à mort des détaillants est engagée. Mais ils tirent encore leur épingle du jeu grâce aux productions artisanales qui gagnent en fidélité grâce à l'amélioration des techniques de fabrication. Mais le collectionneur commence à devenir réticent lorsqu'il s'agit d'ouvrir le porte-monnaie... Comment justifier d'un modèle en kit 5 fois plus cher qu'un modèle industriel tout monté dans le réseau presse? 

- En 2006 apparait encore une nouvelle collection chez un autre éditeur :

ATLAS : "PASSION CITROËN"

 

 

Des modèles-réduits d'un fabricant jusqu'alors dans l'ombre : UNIVERSAL HOBBIES
Des références pour la première fois réellement inédites, sans double commercialisation puisqu'elles ne seront que distribuées par le réseau presse. Un prix d'appel d'une dizaine d'euros et voilà mis à mal tous ces artisans qui ont perdurés jusque-là!
C25, U23, JUMPER, ROSALIE DES RECORDS, BX break, autant de références qui pour une dizaine d'euros prennent place dans la vitrine et sonne la fin des kits en résine! Pourquoi s'embêter à assembler quand on peut tout avoir parfaitement fini à 3 sous?

AQUAVIT, MONDIAL43 (VEREM) tombent avec PROVENCE MOULAGE... 
KM57, SVM-MINIROUTE, HECO MODELES, emboîtent le pas!
Même leurs clients les plus assidus et bricoleurs préfèrent acheter des bases presse pour multiplier les variantes à moindre coût.
Aujourd'hui les artisans encore en activité se comptent sur les doigts d'une main et quitteront à leur tour la scène dans les prochaines années pour retraite, sans repreneur pour leur activité, plus du tout rentable dans ce contexte politico-financier des plus difficiles.

Dans les bourses ou sur Internet, leurs productions traverseront le temps et attiseront la curiosité des nouveaux collectionneurs qui n'ont pas connu cette époque!

Une ère où le fax et les magazines étaient les seuls biais d'information et d'échange de ce milieu. Malheureusement ni l'un, ni l'autre ne permettra de sauvegarder la mémoire de ces productions.


Patrick ROUGET, qui tenait la boutique "AU 1/43 MINI-AUTOS" à Saint-Avold (57) aura eu la présence d'esprit de conserver les catalogues et autres listings des artisans de cette époque!
C'est ainsi que j'ai pu récupérer une documentation riche et complète que je vais partager sur ce site avec l'histoire des personnes qui se cachaient derrière ces marques et qui les ont fait vivre.